Le changement c’est maintenant !

2 septembre 2015

Le blog fait peau neuve, s’organise… et se transforme en « inventaire » !

end7

Tous les articles, depuis 2006 ont été déplacés sur le nouveau site. Cependant, pour des raisons techniques, les commentaires des articles restent consultables mais demeurent dans cet espace.

Bonne lecture… désormais là-bas.

François Loth


Qu’est-ce que le représentationnalisme ?

16 avril 2015

145

On peut lire désormais cet article sur la nouvelle version du site Métaphysique Ontologie Esprit : ICI


Le « mystère » de la conscience et Mary qui voit rouge

21 mars 2015

144

On peut désormais lire « Le ‘mystère » de la conscience et Mary qui voit rouge » sur la nouvelle version du site, ICI

 

zèbre


Symposium International « OBJET & PERSONNE » à Aix-en-Provence

5 octobre 2014

Quand la métaphysique contemporaine rencontre la problématique de l’humain « augmenté »…

Sans titre 1

Les 16, 17 et 18 octobre 2014

Le Séminaire de Métaphysique de l’Université d’Aix-en-Provence

propose trois journées d’études sur le thème

Objet et personne

 

*

 

Au programme de ces journées (organisées par Jean-Maurice Monnoyer et coordonnées par Bruno Langlet et Nil Hours) :

  • L’instance métaphysique de la personne
  • L’existence personnelle, l’organisation du vivant et la personne duale
  • Animaux et personnes : vers une anthropologie dynamique

Affiche final - copie

Inscription au colloque : cliquez ici 


Tous dualistes ! Même Daniel Dennett ?

27 septembre 2014

140

Daniel-Dennett1

Où suis-je ?

L’article « tous dualistes ! » peut désormais être lu sur la nouvelle version du site : ICI


Récapitulons – saison VIII

2 août 2014

hollande

Année 2013-14

Récapitulation VII

Août 2013

Parution, chez Vrin, de mon travail de recherche sur la causalité mentale. La relation du corps et l’esprit est abordée à travers le problème de la causalité mentale.

Septembre

« Ce n’est donc pas parce que l’on divise le monde en différentes entités physiques, chimiques, biologiques et qu’en plus on subdivise certaines d’entre elles en différentes entités mentales, que ces divisions constituent des différences ontologiquement profondes. »

Octobre

Au sujet de la publication de l’ouvrage de Thomas Nagel Mind and Cosmos. Le livre est controversé car il pose la question de la limite de l’enquête scientifique et, dénonçant la position standard du réductionnisme (voir le compte-rendu du livre dans la revue nonfiction), le darwinisme en particulier, il cherche à ouvrir une nouvelle perspective téléologique.

Novembre et décembre

« Si nous sommes des agents, de véritables agents, alors nous avons des pouvoirs causaux ! »

Janvier

Mort du philosophe Johnathan Lowe, défenseur d’une conception réaliste de la métaphysique comme discipline autonome.

Février

Incitation à nous tourner franchement vers la métaphysique, c’est-à-dire à nous demander directement ce qu’est le mental, la sorte de « chose » qu’il est.

Avril

Quand le cinéma examine le problème de l’identité personnelle. Après le corps de John Malkovitch que Spike Jonze nous permettait de visiter et de contrôler, c’est autour de la voix de Scarlett Johansson d’habiter un système d’exploitation et d’y persister, à la manière d’une personne, sous le doux nom de Samantha.

Traduction, avec Dominique Berlioz, du livre commun,  écrit par E. Anscombe et P. Geach, Three Philosophers,en 1961. Un exposé majeur de métaphysique analytique.

Mai

Mort d’un des plus grands philosophes contemporains, David Armstrong. 

Juin

Panique philosophique dans le numéro de Mai de la revue Cités. Frédéric Nef dans un article intitulé « Et voilà pourquoi votre fille est muette » répond à la narration de Juliette Grange.

Les avancées des neurosciences doivent-elles nous faire abandonner la métaphysique ? 

 Juillet

Acte 2 de la réponse à Juliette Grange. Cette fois, c’est  Jérôme DokicPascal Engel et Frédéric Nef qui répliquent au tableau fantaisiste et inquiétant de J. Grange. « Les philosophes français sont-ils des bigots ? ». 20 co-signataires se joignent aux auteursAnouk Barberousse, Université de Lille 1, Dominique Berlioz, Université de Rennes I, Jacques Bouveresse, Collège de France, François Clementz, Université d’Aix-Marseille, Alain de Libera, Collège de France, Vincent Descombes, EHESS, Filipe Drapeau Contim, Université de Rennes I, Michel Fichant, Université Paris IV, Jean Gayon, Université Paris I, Max Kistler, Université Paris I, Pascal Ludwig, Université Paris IV, Jean Maurice Monnoyer, Université d’Aix-Marseille, Kevin Mulligan, Université de Genève, Ruwen Ogien, CNRS, Elisabeth Pacherie, CNRS, Joëlle Proust, CNRS, Christine Tappolet, Université de Montréal, SOPHA, Claudine Tiercelin, Collège de France, Marcel Weber, Université de Genève, Francis Wolff, ENS Ulm.

Publication de mon article qui reprend le problème qui se pose lorsque l’on se demande comment les états mentaux peuvent être la cause d’événements physiques. C’est dans la revue IGITUR, Arguments philosophiques.


Le problème de la causalité mentale et l’impasse du physicalisme non réductionniste

19 juillet 2014

 

Le désir de me désaltérer et la croyance qu’il y a de l’eau fraîche dans le réfrigérateur sont bien la cause de mon déplacement vers ce réfrigérateur. N’est-ce pas ?

IGITUR - Arguments philosophiques

L’article qui vient d’être publié dans la revue Igitur reprend le problème qui se pose lorsque l’on se demande comment les états mentaux, qui nous apparaissent dénués de propriétés physiques (une croyance qu’il y a de l’eau fraîche dans le réfrigérateur n’est, par exemple, assujettie à aucune force de gravité ou de magnétisme), peuvent néanmoins être la cause d’événements physiques.

Comment séparer le mental du physique alors que l’on sait qu’il y a toujours une cause physique à tout événement physique ? L’article donne des raisons de rejeter les solutions préconisées par la thèse standard dite « physicaliste non réductionniste » et préconise qu’une identité entre le physique et le mental revienne au centre de la métaphysique appliquée à l’esprit.


Le complot des analytiques français selon Juliette Grange (2) – une réponse collective

9 juillet 2014

On peut désormais lire l’article « Le complot des analytiques français selon Juliette Grange (2) – une réponse collective » sur la nouvelle version du site : ICI


P. Churchland vs C. McGinn : élimination ou mystère ? (Passons plutôt à la métaphysique !)

21 juin 2014

139

L’article « P. Churchland vs C. McGinn : élimination ou mystère ? (Passons plutôt à la métaphysique !) » est désormais lisible sur la nouvelle version du site : ICI.


« Le versant affectif du désir », colloque international, Université de Rennes

9 mai 2014


Les 15 et 16 mai 2014

Colloque interdisciplinaire

Neurosciences, psychologie, philosophie

Visuel_Desir2014_vf_1

 

Organisé par Stéphane Lemaire de l’Ufr de philosophie de l’Université de Rennes1 et Marc Vérin chef du service de neurologie du CHU Pontchaillou de Rennes

*

En philosophie, la tentative de réduire le plaisir à une expérience dont on désirerait qu’elle se poursuive soulève plus de problème qu’elle n’en résout. On a aussi rejeté l’idée que les émotions ou la douleur pourraient être comprises en termes de désir. De même l’idée selon laquelle les désirs pourraient être guidés par la recherche du plaisir semble très largement battue en brèche. Après tout rien ne semble s’opposer à la construction d’un système qui poursuivrait des buts mais qui n’aurait ni émotion ni expérience de plaisir.

L’objectif de ce colloque est de confronter les travaux en neurosciences et ceux de la philosophie informée par les neurosciences pour mieux comprendre les relations que la motivation humaine entretient avec les affects.

 

*

Programme et résumé des interventions ici.

 

Ce colloque est précédé d’une formation qui aura lieu à L’Ufr de Philosophie de Rennes.

 


« HER » : Scarlett Johansson a un problème d’identité personnelle

7 avril 2014

137

« Chaque corps organique est une espèce

de machine divine, ou un automate naturel,

qui surpasse infiniment

tous les automates artificiels »

Leibniz, La Monadologie, paragraphe 64

 

L’article « « HER » : Scarlett Johansson a un problème d’identité personnelle » est désormais disponible sur la nouvelle version du site : ICI.


Le problème du corps et de l’esprit (revisité)

7 février 2014

136

L’article « le problème du corps et de l’esprit (revisité) peut être lu désormais sur la nouvelle version du site : ICI.


L’influence de l’esprit sur le corps

3 décembre 2013

135

tshirt vieux

L’article « L’influence de l’esprit sur le corps » est désormais lisible sur la nouvelle version du site ICI.


Le problème de la causalité mentale est un problème métaphysique

17 novembre 2013

134

L’article révisé et remis en ligne est désormais lisible sur le nouveau site : ICI


Le corps et l’esprit : essai sur la causalité mentale (recension)

25 octobre 2013

non fiction 1

Compte-rendu du livre le corps et l’esprit (au sujet de la causalité mentale) par Yann Schmitt

Les pouvoirs de l’esprit

sur le site de nonfiction.fr


Mind and Cosmos, le brûlot anti-matérialiste de Thomas Nagel (Recension)

21 octobre 2013

1382338931_antimaterialiste

Selon Nagel, le problème de la relation du corps et de l’esprit n’est sur la voie d’aucune résolution et cet échec marque une défaillance bien plus large encore qui englobe notre compréhension du cosmos lui-même et de son histoire. Ne pas parvenir à rendre compte de l’esprit – ce trait majeur de la nature – menacerait donc de voir se déconstruire l’image naturaliste du monde et par la même la biologie, la théorie de l’évolution et la cosmologie.

lire la suite sur le site de non fiction.


L’effet que cela fait d’être Thomas Nagel ! L’essentiel de Mind and Cosmos

3 octobre 2013

L’article « L’effet que cela fait d’être Thomas Nagel ! L’essentiel de Mind and Cosmos » est maintenant disponible sur la nouvelle version du site : ICI.


La profondeur ontologique du mental

23 septembre 2013

133

L’article « La profondeur ontologique du mental » est maintenant disponible sur la nouvelle version du site : ICI


Le « mental » et le « physique » sont dans le même bateau

2 septembre 2013

132L’article « Le « mental » et le « physique » sont dans le même bateau » est maintenant disponible sur la nouvelle version du site : ICI


Le corps et l’esprit, essai sur la causalité mentale (à paraître)

17 août 2013

Paraîtra fin août, aux éditions Vrin, mon essai sur la causalité mentale. En voici une présentation sommaire.

 couverture

Par bien des aspects le problème de la causalité mentale peut nous apparaître insoluble. En levant votre bras par exemple dans une assemblée afin de voter « oui », vous effectuez un certain déplacement physique dont la cause est la volonté d’apporter votre soutien à une personne ou à une décision. Votre désir de montrer votre approbation en pareil cas et votre croyance que l’élévation de votre bras signifie « oui » entraînent et guident votre action. L’évidence qu’un certain état mental, constitué ici d’un désir et d’une croyance, cause un événement physique, le mouvement de votre bras, et d’une façon plus large, une action, soulève un problème. Comment un état mental, comme une croyance et un désir, que je ne peux pas identifier en tant que tel dans les derniers résultats d’un ultime examen que la science pourrait produire au sujet du cerveau, peut-il causer un mouvement physique ? Comment une chose pareille est-elle rendue possible ? C’est le problème antédiluvien de la causalité mentale – et ce livre cherche à le résoudre.

La solution philosophique que je propose non seulement soutient l’idée que l’esprit et le corps sont intimement liés mais que les processus psychologiques ne sont pas séparés des processus physiologiques. La science et la philosophie n’ont, en effet, rien à craindre l’une de l’autre. Vouloir comprendre ce qu’est l’esprit, chercher à en savoir plus long sur la relation qu’il entretient avec le corps ne peut que résulter du double progrès de la science empirique et de l’évolution de nos concepts. Il n’en demeure pas moins que les informations que nous offrent la neurobiologie ou les sciences cognitives ne nous délivrent pas la solution du problème philosophique de la causalité mentale.

Pour cette raison, l’approche de cet ouvrage est résolument métaphysique ! On y parle d’événements mentaux, de « survenance » de l’esprit sur le physique, on y dissèque et analyse les concepts de causalité, de dispositions, de pouvoirs, de propriétés… On introduit même des entités de l’art : les tropes. Toutefois, si l’enquête est purement philosophique, qu’elle s’inscrit dans une tradition amorcée et léguée par Descartes, elle se construit ici et maintenant, c’est-à-dire dans notre monde stupéfié par les résultats que mène la science, en particulier les neurosciences.


Récapitulons (VII) et faisons de la métaphysique

11 juillet 2013

DSCF8119

Année 2012-13

On peut se demander pourquoi nous ne devrions pas nous tourner vers les neurosciences afin qu’elles nous expliquent si oui ou non par exemple nous avons le pouvoir d’exercer  librement notre volonté ou  si nous faisons seulement semblant de choisir ? La science empirique n’est-elle pas le meilleur chemin pour découvrir des vérités sur nous et sur le monde ? Les questions relatives à la nature de l’esprit, à la conscience où encore à nos actions qui ne sont pas de simples choses qui arrivent sans raisons particulières, nous posent toujours problèmes et il est légitime de se demander si nous devons passer notre temps à lire de la philosophie ou à consulter les dernières nouvelles de la science. C’est vrai que les sciences nous expliqueront qu’il se passe quelque chose de physique entre nos deux oreilles, quelque chose que l’on comprend de mieux en mieux et qui démontre que le libre-arbitre par exemple n’est qu’un reste de notre psychologie populaire. Autrement dit, et à première vue, un traité de science paraît bien placé pour résoudre nos problèmes et répondre à nos questions. Mais doit-on en conclure que toute métaphysique est vaine et que la philosophie ferait mieux de se retirer en dehors du champ de la connaissance ? C’est vrai que les philosophes débattent sans fin et n’apportent que des raisons d’adhérer à certaines de leurs conclusions. En cela, ils ne produisent pas le même type de réponses à ces questions. C’est normal ! Ce qui concerne la philosophie est ce qui rend la vérité ou la fausseté possible. Et c’est bien pour ça qu’elle demeure rivée à la recherche de la connaissance.

Dans ce projet, la philosophie ne travaille pas, isolée dans son univers d’a priori, en dehors de la science. Cela ne veut pas dire que la métaphysique de l’esprit serait soluble dans les sciences qui ont pour objet l’esprit. Ce ne peut, en effet, pas être à la science de sélectionner la meilleure catégorie métaphysique. Le dualisme du corps et de l’esprit, par exemple, thèse qui soutient qu’il existe deux substances, l’une pensante, l’autre étendue ou deux types de propriétés irréductibles l’un à l’autre, est une décision philosophique qu’aucune découverte scientifique ne peut véritablement trancher. C’est normal, les scientifiques ne cherchent pas à construire des expériences qui auraient pour objectif de démontrer la fausseté d’une position métaphysique. Ce que peut faire la science, c’est poser de nouveaux problèmes aux philosophes et elle ne s’en prive pas. Ainsi lorsque Benjamin Libet nous montre qu’il se passe quelque chose entre nos oreilles avant que nous prenions conscience de notre décision d’agir, il pose un nouveau problème aux philosophes qui doivent alors s’atteler à une clarification conceptuelle de la notion du libre-arbitre par exemple. Et cette tâche est strictement philosophique. La contribution de la philosophie à la compréhension de l’esprit, s’effectue dans un monde que les découvertes scientifiques modifient. Le dualisme de Platon, de Descartes ou celui de Chalmers émerge dans des contextes modifiés par la science.

Il n’y a donc rien de daté, de dépassé – rien qui ne soit stérile dans la métaphysique qui cherche à dire ce que sont les catégories fondamentales de l’être. Et parce que  ces catégories sont formées par les recherches empiriques, elle travaille avec la science.

Les billets publiés cette année ont cherché à soutenir ce point de vue.

Une telle orientation de la philosophie est aussi celle que l’on peut découvrir dans l’excellent blog du séminaire de métaphysique d’Aix-en-Provence qui contient un grand nombre de textes, recensions, traductions en métaphysique.

Merci à tous les lecteurs et commentateurs…

François Loth


Benjamin Libet : entre le cerveau et la conscience

5 juin 2013

image blog

Le livre de Benjamin Libet écrit trois ans avant sa mort en 2007 et traduit pour les éditions Dervy sous le titre L’esprit au-delà des neurones, témoigne d’une vie de recherche qui aura influencé autant les neurosciences que nourri nombre de débats en  philosophie. D’ailleurs l’ouvrage, rétrospective des travaux et des découvertes du chercheur, porte un sous-titre programmatique qui atteste de cette double-entrée philosophique et scientifique : Une exploration de la conscience et de la liberté.

lire la suite sur non fiction.fr

 


Les neurosciences entre causalité mentale et libre-arbitre

27 février 2013


130

L’article « Les neurosciences entre causalité mentale et libre-arbitre » est maintenant disponible sur la nouvelle version du site : ICI


L’ultime dualisme de Benjamin Libet (parution)

4 janvier 2013

9782844549464

Vient de paraître (je l’ignorais avant d’écrire le billet précédent) la traduction du livre de Benjamin Libet, écrit quelque temps avant sa mort aux éditions Dervy (30/11/2012). Dans l’avant-propos d’Axel Kahn, le thème du très dualiste Benjamain Libet est ainsi résumé :

« Le travail de Libet s’est concentré sur les relations temporelles entre événements neuronaux et expérience. Il est, entre autres, connu pour avoir découvert que nous décidions inconsciemment d’agir bien avant que nous ne pensions avoir pris la décision d’agir. Cette conclusion a des répercussions cruciales sur l’un des problèmes philosophiques et psychologiques les plus profonds, à savoir le problème du «libre arbitre». »


L’ultime dualisme de Benjamin Libet

23 décembre 2012

128

 

On peut lire l’article désormais sur le nouveau site « métaphysique ontologie esprit » en cliquant ICI


Le libre arbitre est un problème métaphysique

14 octobre 2012

L’article « Le libre arbitre est un problème métaphysique » est désormais lisible sur la nouvelle version du site : ICI.


Récapitulation (VI)

17 juillet 2012
Ailleurs…

Année 2011/2012.

Où le problème de la causalité mentale vient se frotter à celui du libre-arbitre.

Bien que ces problèmes soient profondément liés, ils sont souvent discutés indépendamment. Cependant l’exercice du libre-arbitre suppose que des évènements mentaux possèdent leurs propres pouvoirs causaux.

En rapprochant ces questions, nous sommes revenus sur le problème de l’identité personnelle et pour apporter une cohérence, avons réveillé à nouveau le dualisme des substances (Cf. J. Lowe).

D’un point de vue ontologique, le lien entre le dualisme  des propriétés, qui est au soutènement de la théorie standard du physicalisme non réductionniste, et le dualisme des substances a été questionné. Quant aux relata de la causalité, il semble bien qu’en soutenant une thèse qui donne  à la volonté libre une place absolue, c’est-à-dire une volonté qui n’est pas déterminée, les évènements ne puissent plus être convoqués. Mais comment, d’un point de vue métaphysique, comprendre cette étrangeté qui nous impose de renoncer à la clôture causale du monde physique ?

Affaire(s) à suivre…

Merci pour tous les commentaires.

François Loth


Invisibilité de la cause mentale

21 juin 2012

Contre le déterminisme, la cape d’invisibilité de la cause mentale est-elle la solution métaphysique ?

L’article « invisibilité de la cause mentale » peut être lu sur la nouvelle version du site : ICI.


Quelle est la cause ? La substance ou l’évènement ?

19 avril 2012

L’article « Quelle est la cause ? La substance ou l’événement ? » est maintenant disponible à la lecture sur la nouvelle version du site : ICI.


Ce que nous sommes et le problème de la relation du corps et de l’esprit

16 janvier 2012

 

L’article « ce que nous sommes et le problème… » est désormais lisible sur la nouvelle version du site : ICI