The Mind-Body Problem ? Non. Le problème de la viande qui pense !

L’article « The Mind-Body Problem ? Non. Le problème de la viande qui pense ! » est maintenant lisible ICI sur la nouvelle version du site.

Publicités

5 Responses to The Mind-Body Problem ? Non. Le problème de la viande qui pense !

  1. bug-in dit :

    L’expérience de pensée est intéressante, puis elle est agréable a lire. Cependant l’argumentation ne me semble pas pertinente. Si l’objectif est de dire que les machines peuvent penser, la difficulté principale de ce genre de problème a toujours été de définir ce que signifie « penser », si l’on dit penser c’est exécuter… inévitablement… bref.
    Ensuite la force de l’argumentation elle même tient sur le principe de l’autopersuasion, puisque le scénario a visiblement pour objectif de montrer que si une autre intelligence nous découvrait, elle déciderai de ne pas se faire connaitre… Technique pratique, qui permet d’éviter d’avoir a fournir des preuves. C’est comme pour les déboires reproché a la psychanalyse. On lui dit que c’est problèmatique de considérer que le refus de la psychanalyse est une pathologie, parceque c’est un raisonnement en cercle qui enferme son interlocuteur. La c’est pareil. Le dispositif a été conçu pour cet échappatoire.

    • Francois Loth dit :

      Merci pour ce commentaire.

      La nouvelle de T. Bisson n’est pas une « expérience de pensée » comme on en produit en philosophie. Ni argumentation ni exploration conceptuelle ici. C’est un travail littéraire. L’auteur nous livre librement un dialogue entre deux entités à propos des organismes que nous sommes. En lisant ce texte, j’ai trouvé qu’il faisait écho à ce qui s’écrit en philosophie de l’esprit. Tout simplement.

      Il n’en demeure pas moins que lorsque l’auteur donne à ces entités, qui sont sans doute des machines, un esprit (comme intentionnalité ou conscience phénoménale), intuitivement, il semble que nous sommes à peine surpris de cette émergence. Par contre, lorsqu’avec ces machines, nous auscultons les organismes que nous sommes comme de la « viande qui pense », on a comme la vague impression d’une anomalie. C’est la grande force de cette nouvelle me semble-t-il : celle de nourrir nos intuitions dualistes.

  2. Riviere dit :

    De l’art de se faire repérer par les chasseurs de tête ?

  3. ilibade dit :

    Oui, mais qu’est-ce que la viande ? N’est-ce pas le résultat formel d’un processus de développement lui-même codé par un langage, un logiciel de développement appelé code génétique ? Aussi, la viande, c’est un résultat d’un traitement de données et donc le résultat condensé d’une succession de pensées ou de concepts logiquement ordonnée,

    Quant aux machines, elles répondent elles-aussi à une conception complexe, et là encore, même s’il n’y a pas de code génétique, il y a tout au moins un dossier d’étude, un « cahier des charges » et donc un ensemble de pensées et de concepts logiquement ordonné.

    Dès lors, il doit être possible de marier les deux et d’obtenir des machines à viande, des êtes « bioniques » ou « biotechniques » et de fait, on arrive à réaliser des ordinateurs à ADN et des puces pacemaker pour entretenir les pulsations de la viande.

    Toute la question est de savoir ce qu’on appelle esprit et ce qu’on nomme conscience. Est-ce que toutes les machines ont de l’esprit ? Je serais tenté de dire oui, puisque les machines embarquent avec elle un concept et une intention. Mais sont-elles toutes conscientes ? C’est-à-dire, sont-elles toutes conscientes d’être conscientes ? C’est loin d’être, à mon avis le cas.

    Peut-être un jour on verra des machines-bouchers s’écrier « Je tranche donc je suis » ! Qui sait ?

    • Francois Loth dit :

      Merci pour ce commentaire. « Je tranche donc je suis » pour une trancheuse de viande c’est amusant.
      Le texte est un exercice littéraire mais il touche l’intuition que l’esprit pourrait bien avoir sa place dans des machines.
      Que des machines aient de l’intentionnalité, « oui ». Une intentionnalité dérivée pensez-vous. Non originelle donc. Le billet n° 52 parle du débat Searle/Dennett à ce sujet.
      Quant à la conscience, nous serions face, selon David Chalmers, au « hard problem ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :