Le réalisme causal

12.jpg8.jpg

Le réalisme causal est le point de vue qui affirme qu’il existe de véritables connexions causales dans le monde. Cette approche de la causation s’oppose à la théorie de la causation comme régularité.

La théorie régulariste, associée à David Hume, analyse la causation en termes de séquences régulières. Selon cette théorie, un événement e1 en cause un autre e2 s’il est suivi par e1 et est tel que les événements du premier genre E1 sont régulièrement suivis par les événements du second genre E2.

Contraire à la théorie régulariste, la conception réaliste de la causalité est ancrée sur l’affirmation qu’il existe réellement dans le monde des relations causales. Autrement dit, la causalité est ici considérée comme une véritable constituante du monde[1]. Ce n’est pas une apparence, mais une relation réelle entre un événement ‘cause’ et un événement ‘effet’. Etre réaliste au sujet de la causation, consiste donc à affirmer qu’il existe quelque chose d’objectif se produisant dans la réalité extérieure, comme opposée à quelque chose de simplement subjectif, telle une structure de nos pensées ou nos seules perceptions. La relation causale n’est plus alors seulement logée dans la psychologie humaine (Hume) ou dans la compréhension (Kant) ou encore dans le langage descriptif d’une explication (Hempel et Oppenheim), mais se révèle être une structure du monde en dehors de nos concepts.

Ainsi, ce qui explique un événement ou un phénomène peut être identifié comme sa cause.

Un point de vue métaphysique de la causation utilisera les catégories d’objets et de propriétés pour parler des événements. Ainsi, un événement pourra être défini, comme faisant apparaître certaines propriétés d’un objet à un moment donné.

Une façon de concevoir les événements peut donc consister à les considérer comme étant composés d’un grand nombre d’instances de propriétés. Ainsi, une phrase comme, « la pierre lancée par Stephen a brisé la vitre » peut être vraie en raison de certaines propriétés constitutives de l’événement. Parmi celles-ci, la propriété d’être une certaine masse pour la pierre, mais aussi certaines propriétés liées à la force du lancer, etc. Par contre, certaines propriétés, comme par exemple, que l’événement se soit produit à tel moment d’une certaine journée, ne sera pas pris en compte dans l’explication qui consiste ici, à identifier la cause de la vitre brisée. Ainsi, l’explication d’un effet ne consiste pas seulement à se demander quel événement en est la cause, mais à identifier les propriétés responsables de l’effet.

En conséquence, vouloir faire une place au mental dans le monde physique, consiste donc à lui faire une place dans un monde causal.

Références

  • KISTLER, M. (1999) Causalité et lois de nature, Vrin.


[1] Il existe un certain nombre de tentatives de construction réaliste de la causalité. Par exemple, pour une conception basée sur les événements et le transfert d’une grandeur conservée, Max Kistler (1999).

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :